PILOTAGE D’ENTREPRISE

Le pilotage


Diagnostic

Le pilotage d'entreprise ou pilotage financier suppose une bonne connaissance de l'état de lieux. En effet, un diagnostic complet permettant d'identifier les forces et les faiblesses de l'entreprise est nécessaire avant de décider d'un plan d'action.

L'état des lieux connu, le chef d’entreprise peut associer les équipes afin de débattre ensemble de l'avenir de l'entreprise, avant de fixer les objectifs de l'année.

Les objectifs

Les forces et faiblesses de l'entreprise, ses facteurs clés de succès ont été identifiés. Un prévisionnel d’activité et de résultat peut être établi.

Il permet d'allouer les moyens (moyens humains, investissements, moyens financiers) nécessaires à l'atteinte des objectifs.

Le suivi en temps réel

Puis le suivi en temps réel des actions et des réalisations permet d’accroître les chances d’atteindre l’objectif.

A tout moment, le chef d’entreprise et ses équipes doivent connaître la situation de l’entreprise, son résultat, sa trésorerie.

En cas de dérive, une action rapide peut ainsi être décidée.

L’impact de chaque décision, fixation d’un prix, édition d’un devis, recrutement, investissement, est mesuré.

Le chef d’entreprise, et son équipe,  connaissent la contribution de chaque affaire, chaque client, chaque décision au résultat global de l’entreprise.

Les décisions structurelles


Par l'anticipation qu'il permet, le pilotage de l'activité facilite les décisions plus structurelles d'embauche, d'investissement, et de fixation des prix.

Une veille permanente


La veille stratégique

Garder en permanence l'oeil sur l’environnement économique, industriel, commercial, technologique, concurrentiel.

- Rechercher les synergies par économies d’échelle.

- Surveiller les filières (l'amont et l'aval) :

Au-delà des bornes de l’entreprise, une défaillance peut atteindre tous les maillons de la chaîne.

Quelle est la valeur stratégique de l’entreprise dans sa filière; une forte valeur ajoutée abaissera le niveau des risques.

Quelles sont les spécificités de la filière, sa vitalité, les barrière à l’entrée.

- Sans perdre la vision à moyen et long terme, gagner en réactivité, en en agilité  :

Proposer des sources de différenciation par rapport au concurrent, appréciées par le marché.

Rester à l'affût : conquête de parts de marché, de nouvelles compétences, d'une nouvelle implantation.

Surveiller le niveau du point mort : plus une entreprise est proche de son point mort, plus son bénéfice est  sensible à une variation d’activité, plus le risque est élevé. L’entreprise résistera moins à un retournement de conjoncture.

L’analyse des processus

L’objectif est de sécuriser le développement de l’entreprise en mettant sous contrôle les processus clés.

Réaliser un audit précis des processus, mesurer les marges de progrès, définir le processus cible, définir les responsabilités.

Exemple de démarche d’analyse :

Est-ce que mes clients me payent ? Quel est le niveau des encaissements par rapport au chiffre d’affaires facturés ? Les relances ont-elles été effectuées ?

Le processus cible définit le délai de paiement accepté, les modalités et la fréquence du suivi, l’organisation des relances.

La révision des processus conduit à adapter les outils de pilotage, l’organisation, l’affectation des ressources.

Mettre en pratique

S’assurer de la bonne mise en oeuvre des actions décidées est aussi important que de définir les priorités stratégiques.

Les objectifs ont été fixés.

L’information est partagée. Des réunions régulières permettent  d’analyser les données et de tirer les conclusions qui s’imposent.

Chacun dans sa fonction contribue à l’atteinte des objectifs communs.

En cas de dérive,  il faut pouvoir réagir au plus vite.